Avant le départ  

Pendant le Défi  
Boire & manger  
Plan de course  
A votre vitesse  
Ordures
  

Après la fin  

Et s'il pleut?  
 

Le Jour du Défi (2)

Mise à jour le 25 novembre, 2003
 
 

Pendant la course...


 

 Pendant la course -- Boire & manger 

Une fois que la course est partie, dîtes-vous bien de commencer bientôt à boire -- un peu à la fois, mais souvent. S'il arrive que vous vous rendez compte que vous avez soif, REVEILLEZ-VOUS: c'est le signal que vous n'avez pas assez bu, et que même si vous ne le savez pas, vos muscles en souffrent déjà. Si vous avez utilisé un boisson sportif en vous entraînant, vous pouvez en bénéficier maintenant aussi. Les glucides et les électrolytes là-dedans facilitent l'absorption du liquide par le corps, et le sel vous aide à retenir l'eau au lieu de la passer vite comme urine. Faites attention à votre approvisionnement de liquide. A chaque fois que vous vous approchez d'un poste de vérification (à la fin de chaque section), vérifiez s'il vous reste suffisamment de liquide pour continuer jusqu'au prochain poste. Si non, faites le plein tout de suite. Il ne faut jamais risquer la déshydratation, et remplir à un poste de fin de section est l'option la plus convéniente qui soit.

Ce qui est vrai pour l'eau s'applique au manger aussi: vous devez manger en petites quantités et souvent, à commencer dans les premières trente minutes après le départ. L'exercice déprime appétit, donc à moins que vous preniez toutes vos calories en forme liquide (du Cytomax ou du Hydrafuel, par exemple), vous devrez vous rappeler à grignoter même quand vous n'avez pas faim. Essayez de recevoir la plupart de vos calories de glucides faciles à digérer, à l'encontre de la graisse et des protéines. La section "Sports Nutrition" chez Dietsite.com conseille de consommer de 30 à 60 gr de glucides (120-140 calories) par heure. (Ceci me paraît plus réaliste qu'un autre conseil que j'ai vu, de consommer 100 gr de glucides pour 400 calories par heure.)

Même si vous avez l'intention de ne pas vous presser au Défi -- de vous arrêter deux ou trois fois pour manger un repas en vous reposant -- vous devrez considérer une modification à ce plan. Si vous patinez pendant trois ou quatre heures de suite sans manger, vous serez beaucoup plus fatigué (vidé, vraiment) quand enfin vous vous arrêterez; d'ailleurs le repas que vous prendrez ne vous fera du bien que longtemps après. Vous aurez un meilleur sentiment de bien-être tout au long de la course si vous grignoter constamment, quelques bouchées toutes les 15 minutes.
 

Haut

 

 Pendant la course -- Plan de course 

Pas nécessaire d'être un patineur d'élite pour avoir un plan de course. Un plan de course est comme une carte de ce que vous espérez faire (et de ce que vous devez faire). Ça peut être aussi simple que l'intention de vous arrêter à certains endroits en particulier, pour vous reposer ou pour acheter de la nourriture. Si vous avez tout ça dans la tête, et si vous avez choisi les points de repère à chercher, vous aurez un meilleur sens de contrôler votre destinée, et vous serez moins enclin à vous arrêter trop souvent ou à manquer le bon endroit pour vous servir d'une toilette. Le plan peut aussi inclure des choses comme: "D'abord je vais porter mon coupe-vent, mais quand je réchauffe un peu je vais l'ouvrir, et avant d'avoir chaud je vais l'enlever et le ranger." Sans cette préparation mentale il est facile de se faire prendre par l'enthousiasme et ne pas faire quelque chose au bon moment.

Un plan de course plus approfondi pourrait comporter un tableau du temps que vous devez prendre pour faire chaque étape. Soyez réaliste! Ajustez pour le fait que vous allez patiner vraiment très loin, et que souvent vous avancerez contre le vent ou sur des surfaces lentes, sans compter les repos et les feux rouges. Prenez votre vitesse d'entraînement sur 60 km, mettons, et de là calculez un temps confortable pour 20 km; ensuite, ajoutez 10 ou 15 minutes. Servez-vous de cette figure pour projeter un temps pour chaque étape: le temps que ça doit prendre, et l'heure où vous devez arriver à la fin de l'étape. Ecrivez ce tableau en gros caractères sur une petite carte, et portez-la dans un endroit convénient. Un tel tableau suppose que vous avancerez à une vitesse constante, ce qui est manifestement impossible à cause des conditions, sans même parler de la fatigue. Mais le fait de consulter le tableau au cours de l'événement vous donnera un sens de compréhension: au lieu de vous perdre dans l'éternité d'une poussée après l'autre, vous verrez comment le temps se passe et comment vous progressez. Si à la toute fin vous avez réussi -- ou battu! -- votre temps projeté, vous serez encore plus satisfait de votre performance. Si au contraire votre tableau s'est avéré irréaliste, cela aussi est très utile: il vous aidera à mieux faire la prochaine fois, et à mieux vous connaître.
 

Haut

 

 Pendant la course -- A VOTRE vitesse 

"Doucement..." quand est-ce que ce mot magique est le plus important? Au départ, mon ami! Prend ton temps, prends ton temps, prend ton temps: si vous faîtes de cela votre mantra en attendant le coup de départ, vous aurez une meilleure expérience pour toute la journée. Laissez aux super-vites de disparaître dans ce qui reste de la nuit. Laissez aux idiots de vous dépasser à la hâte. (OK, personne qui fait le Défi est un idiot, mais de temps en temps nous faisons tous des choses idiotes, alors parmi nous il est permis de dire: chaque année au départ, certains d'entre nous sont idiots!)

Regardons ça logiquement: il vous reste énormément d'heures à patiner avant la fin. Si vous partez trop vite, plus tôt que vous ne pensez vous commencerez à ralentir, et pour le reste du trajet vous serez beaucoup moins vite que vous aurez pu être. Supposons que dans les 2 premières étapes vous allez 20 minutes plus vite que vous devez. Pour le reste du trajet vous serez plus lent par au moins une heure, probablement plus. Quand vous considérez le distance total du Défi, le temps total que vous serez en patins, c'est évident qu'une différence infime dans votre vitesse moyenne fera une différence énorme à votre temps total.

Commencez lentement, développez une vitesse que vous pouvez maintenir sans difficulté. Au fur et à mesure que les heures s'en vont, vous rattraperez plusieurs patineurs qui n'ont pas eu votre prudence.
 

Haut

 

 Pendant la course -- Les ordures 

Si vous allez manger en patinant, préparez-vous à porter sur vous les ordures qui en restent, jusqu'à la fin si nécéssaire. Papiers, sacs en plastique, contenants, paquets vides, petites bouteilles, toutes ses affaires s'insèrent facilement dans votre collant ou dans une manche si vous n'avez pas de poches. Ne les jetez jamais le long du parcours! Cela engendrait une très mauvaise opinion de nous chez les habitants des quartiers où l'on passe.
 

Haut

 
Avant le départ Ü Þ Après la fin
 
Haut