2001


Rapport - Charles Beaudoin

 

 

Hé bien je commencerai par féliciter les organisateurs, qui sans eux nous n'aurions pas vécu une si belle journée. Merci Robert, merci à ton épouse, merci à ton garcon, enfin merci aussi aux gens que j'oublie; les bénévoles et amis.... Quelle belle épreuve qui nous a permis encore une fois de nous dépasser. Alors revenons au début de ce 20 octobre 2001, 5h55 AM, je suis comme d'habitude très fébrile avant une course longue distance, je dois dire aussi que j'ai une routine avant de partir. N'ayant pas vraiment dormis cette nuit là; à cause de l'anxiété, on se fait un plan de course dans la tête, donc impossible de trouver le sommeil.

5h59, jy suis, je me place en avant, 3,2,1, partez, nous nous élançons dans la noirceur la plus totale. Lentement le long train de patineurs et patineuses se forme derrière nous, je dis à Allison Turner: "Regarde le train, il est super long", j'étais content de la réponse que Robert Fortier a eu cette année, environs 170 patineurs prirent le départ. Du groupe de tête, il y avait quelques gars avec des poles de ski de fond, la plupart étaient des habitués de ce défi. La premiere petite côte venu à Lasalle, je n'ai pas modéré, je garde le rythme constant, pour me rendre compte qu'il n'y avait plus personne avec moi, j'ai patiné comme cela jusqu'a Pointe-Claire, où Allison Turner et Bernard Doth m'on enfin rejoint. J'étais soulagé de les voir, ainsi je pus me reposer un peu et récupérer. Donc le travail se divisait maintenant à trois, la cadence n'a pas descendu pour autant. Allison et Bernard sont deux des patineurs qui ont participé au marathon de 100 km de New York ainsi qu'Athens-to-Atlanta le ultramarathon de Georgie de 140 km, Rod Willmot et moi-même ayant aussi été du groupe pour A2A. Donc nous étions entre amis, tous nous partageons la même passion.

Jusqu'au bout de l'île, Ste-Anne-de-Bellevue, c'étais facile, Robert Fortier nous a rejoint en voiture pour nous filmer un peu, puis la côte de Senneville arriva ouf!, merde!, shit! mais rien à comparer aux côtes de la georgie, "86 miles of inlineskating fun and hills", piece of cake!, ensuite comme Rod dit sur le site: notre version du gatorback de A2A, l'asphalte version "foot massage". On pourrais s'en passer, mais que voulez-vous, leurs taxes sont peut-être pas assez élévés, mais ils ne sont pas pauvres dans ce coin-là. Nous avons continués comme ça jusqu'au point de contrôle du blvd Pierrefonds, et là nous avons bien rit, je m'explique: je suis en avant, Bernard à environs 3 mètres derrière, et Allison, qui avait manqué le tournant sur Gouin pour aller rejoindre le blvd Pierrefonds, étais loin derrière, c'est alors que le chien d'un gars qui venait de sortir de chez eux se mis à courir après Bernard, un petit chien qui voulais seulement se dégourdir les pattes, à ce moment nous roulions à environs 26-27 km/h, Bernard lui fait signe de sacrer son camp avec un patin, ce qu'il fait sans broncher, puis vint au tour d'Allison de passer dans son champ de vision, hmmmmmm un autre patineur, se dit le chien, celui-ci ne voulais pas mordre, juste aller plus vite que nous, ça ma fait rire, car le propriétaire du chien était à plus de 500 metres, ญญ"combien de temps va-til nous suivre?" dit Allison, je lui dit "regarde yé crevé, hi, hi", quel coeur, quel sprinteur.....

Enfin nous arrivons en dessous du pont Pie IX, je regarde ma montre: 9h00, ça fait 3 heures qu'on est parti, puis pas de nouvelle de mon ami Claude Bolduc qui devait me suivre pour le plaisir en vélo. "Yé pas venu le chicken" que je dis aux autres, puis je me retourne et il arrive avec un copain. Il me dit qu'ils sont partis en retard, il étais 6h15 AM. Bon pour eux, il fallait arriver à l'heure, ils ont remonté tous le monde pour enfin nous retrouver, ils nous ont quitté peu de temps après, car ils n'avaient pas mangé avant de partir!!!!! 80 km a 30 km/h avec rien dans l'estomac, vous voulez les gars. Gouin et Langelier, Bernard n'était plus avec nous, Allison et moi devions nous concentrer sur la route et notre technique (car la technique c'est ce qui vous sauve lorsque vous êtes épuisé). Puis vinrent l'autre bout de l'ile, l'asphalte sur Gouin est douce et lisse, parfaite pour accélérer la vitesse, et reprendre les minutes perdus dans les endroits moins roulants.

Le calvaire de l'est, du retour, du vent de face, de la fin de la boucle, des raffineries, de la piste cyclable merdique, enfin le pont Jacques-Cartier en mire devant nous, nous y sommes presques, je dit "awayye Allison y reste le Vieux-Port, pis apres le Canal et Wellington," mais j'oubliais, à Pointe-aux-Trembles, j'ai dis a Allison que nous pourrions "we may have a chance to beat the course record" battre le meilleur temps du parcours, mais lorsque j'ai confronté le vent sur Notre-Dame, mon espoir fut vite oublié (pour établir un nouveau record, il aurait fallu deux autres patineurs avec nous et des relais aux 60 secondes), "alors on va essayer pour 5h30", 11h00 je regarde ma montre et nous sommes en face de Radio-Canada sur Rene-Lévèsque, ensuite le Vieux-Port, le Canal, a droite, puis Wellington, aaaaahhh belle asphalte, gros soleil, parfait pour finir en beauté, j'accélère, j'ai encore des jambes, la technique est super, il y a un cycliste devant moi en mire, je le dépasse, il me rattrape car frustré, "beau bicycle" je lui dis, mais lui ne repond pas, j'accélère encore, il est temps de tourner pour entrer dans le parc et finir, Allison n'est pas loin, je la vois, je suis sur la piste cyclable et l'Auditorium est visible, je sprint avec toutes les jambes qui me restent, enfin je vois Madame Fortier et un caméraman de Radio-Canada qui enregistre mon arrivée et celle d'Allison, 30 secondes derrière. Je regarde encore une fois ma montre et j'arrête mon chrono à 5 heures 22 minutes, je suis très content de mon temps.

En terminant, avec le recul, je peux dire sans l'ombre d'un doute, que le Défi va devenir un classique des longues distances comme le marathon de New York, Athens-to-Atlanta, et aussi que le Défi porte vraiment bien son nom, je le trouve plus éprouvant que Athens-to-Atlanta, à vous maintenant d'en faire la comparaison. Skatefree or die

Charles Beaudoin


Haut