2001


Rapport - Stéphan Gaudreault

 

 

Bonjour à tous et merci a toute l'organisation pour cette merveilleuse journée bien encadrée. J'ai lu et beaucoup apprécié le récit des gens qui ont participé au Défi, alors je partage donc le mien avec vous...

Vendredi soir j'appelle une copine pour aller au cinéma, je tombe sur le répondeur. Elle me rappelle un peu plus tard et me dit qu'elle se repose car le lendemain elle participe au Défi. Je lui dit ça m'intéresse, je te rappelle à mon retour du cinéma pour confirmer. Je suis très intéressé, mais ça fait déjà 3 semaines que je n'ai pas patiné et je sens que je vais me coucher tres tard, mais comme j'adore patiner et que ça fait 2 ans que je veux m'inscrire, je me dis je vais essayer cette année pour le fun.

Samedi matin 5h00 Martine passe me prendre (ça me permet de dormir une demi-heure de plus) 5h30 apres l'inscription en sortant de l'auditorium de Verdun, je dis à la blague en voyant des femmes mettre leurs patins, il me semblais bien que j'avais oublié quelque chose, MES PATINS, tout le monde ri, mais une fois rendu au camion, la réalité frappe, j'ai vraiment oublié mes patins à la maison. Martine me dis tu ne t'en sauveras pas comme ça, on va les chercher (J'habite St-Hubert, sur la rive-sud, dans ma tête j'avais plutôt pensé revenir en taxi et me rendormir). Je croyais les avoir laissés sur le coin de la maison, et j'espérais que personne ne sois parti avec, quoique le samedi matin à 5h00 ce n'est pas très passant sur ma petite rue de banlieue. En arrivant à la maison pas de patins sur le coin de la maison, je rentre à la maison, fiou ils sont là. Donc avec l'allé-retour en vitesse nous avons manqué le départ officiel et sommes parti un peu en retard sur le groupe.

Les premiers kilomètres sont ennivrants, la noirceur à quelque chose de magique qui nous fait oublier le temps qui passe, comme on est parti dernier, personne ne nous dépasse, mais nous on en dépasse plusieurs, psychologiquement c'est tres encourageant. A peine 20 km de fait que me voilà avec des crampes insupportables aux devant des cuisses. Je dis donc à Martine de ne pas m'attendre car je sens bien que je la ralentie. Dans ma tete je me dis que je vais endurer mon mal un peu et abandonner au premier point de contrôle, je ralentis passablement mon rythme et patine presque droit au lieu d'etre penché comme à mon habitude. Finalement je décide que je n'abandonnerai qu'au second point de contrôle, je suis de plus en plus lent, je ne dépasse plus personne, même que je me fais dépasser. Finalement je réussis à m'abriter du vent derrière une magnifique blonde aux yeux bleus-gris (je suis incertain de la couleur car voyez-vous j'étais derrière), ce qui m'a permis de récupérer un peu et de réduire mes crampes. Je tient à la remercier car sans elle je ne sais pas si j'aurais été en mesure de terminer. J'étais tellement préoccupé par mon mal que je n'ai meme pas pensé à lui demander son nom, mais je suis sur qu'elle se reconnait.

Après le second point de contrôle je me retrouve tout seul, je ne sent plus la douleur que par moments, mais je me demande si je suis toujours sur la piste car je ne rencontre personne durant presque une heure, et je recherche activement les petites flèches jaunes sur la route.

Finalement le troisième point de contrôle, je me dis j'ai la moitié de fait alors aussi bien continuer. Puis le quatrième point de contrôle, qui arrive presque trop vite, sans vraiment le réaliser. Il est 11h50, il me reste au pire 6h10 pour faire le dernier 28 km, je pourrais même dormir une heure au parc pour me reposer, mais comme il y a déjà quelqu'un qui dort sur le banc, je décide de poursuivre. Je décide d'ouvrir la machine, mais je manque un peu d'énergie dans mes poussées et les crampes reviennent à force de lutter contre le vent. A ce moment-là j'apprécie même les lumières rouges.

Finalement j'arrive 2h16, donc un temps de 8h16, je suis content d'être finalement arrivé. Morale: La préparation c'est très importante, si j'en avais eu j'aurais eu un meilleur temps et surtout moins de souffrance. Pour moi cette journée a été plus une épreuve morale que physique. Par contre une chose est sure, je n'aurai aucune difficulté à battre mon record personnel l'an prochain. Au plaisir de vous y voir tous sur la ligne de départ l'an prochain (cette fois-ci je n'oublierai pas mes patins).

P.S. Félicitations à Martine pour avoir terminé en 6h46 avec des patins à 4 roues, malgré que je lui ai fait rater le départ. Qu'est-ce que ça va être en 2002 avec des 5 roues et un départ à temps...

Stéphan Gaudreault


Haut