2002


Rapport - Denis Brosseau

 

 

Je peux vous dire que ç'a été l'enfer... Premièrement, j'ai pris le départ avec un retard de quelque minutes, puis alors que je me dirigeais vers la piste du départ, j'ai englouti mes patins dans une énorme flaque d'eau (on ne voyait rien avec la noirceur). J'avais les pieds trempés avant même de commencer, de toute façon autant m'habituer car je les aurais eu d'une façon ou d'une autre, mais celà ne m'a pas aidé.

Tout s'est bien déroulé jusqu'à Pointe Claire, la pluie était bien présente mais pas assez pour m'empêcher d'avancer, j'étais dans les temps et cette pluie était tiède. Mais, après 1h30 la pluie a commencé à devenir froide, même très froide. J'ai dû échanger mon coupe-vent pour un manteau de pluie, mais je n'ai pas changé de pantalons, ce que j'aurais dû faire. À partir de ce moment-là j'ai commencé à avoir des spasmes dans les cuisses, comme si j'allais avoir une crampe; alors je ralentissais puis j'accélérais une fois que les spasmes étais passés.

Finalement, après avoir parcouru 70 km en 6 heures de patin, j'ai abandonné au moment ou j'étais rendu au niveau de la prison de Bordeaux. De toute façon, après 6 heures on est supposé être rendu au pont Pie IX, alors je me suis dit que ça ne servait plus à rien de continuer. Mes spasmes étaient de plus en plus fréquents, ils étaient causés par le froid et je devais souffrir d'hypothermie, sans compter mes orteils qui étaient gelés. Je ne pouvais tout simplement plus avancer...

Denis Brosseau


Haut