2002


Rapport - Marc Dupuis

 

 

Je tiens à remercier les organisateurs et les bénévoles qui ont visiblement travaillé fort, dans un souci constant de nous aider, malgré la température, (les bénévoles aux check point trouvaient ça bien drôle quand je leurs faisait remarquer que même les Outardes n'étaient pas sorties par un temps pareil! Merci de votre générosité.

C'était ma 1ère participation au Défi, comme plusieurs j'avais ramassé un petit feuillet de couleur "fluo" qui avait attiré mon attention sur le bord du canal Lachine l'année dernière. Ce n'était pas possible pour moi de le faire en 2001, mais j'avais la ferme intention de relever le "Défi".

Je suis un patineur "occasionnel", j'ai acheté mes Rollerblades en '99 et je patinais en "touriste" jusqu'à cet été. Sachant que ça prenait plus que des petites randos de 10-15 km pour réaliser un tel événement, j'ai fait du cross-training en incorporant le patin à mes autres disciplines (ski de fond en hiver (skating & classique), triathlon en été, et maintenant Roller en automne (!).

La semaine précédant l'événement j'avais de la misère à marcher, j'avais un déplacement des vertèbres au niveau lombaire. Mais 2 R.V. chez le chiro, et une prescription d'anti-inflammatoires plus tard, et je prenais le départ! Y était pas question que je manque ça!

Je suis parti de Lachute à 4h, la transmission de mon auto a fait des siennes je ne pouvais rouler +de 80 kmh. Je stressais tout le long de peur de manquer le départ, tellement que ce n'est que rendu à Montréal que je me suis aperçu qu'il n'avait pas arrêté de pleuvoir entre Lachute et Verdun! Je n'avais pas d'imperméable... comme tous les optimistes j'avais accepté la météo qui annonçait des averses occasionnelles. "Bof une heure de pluie ici et là ça ne dérangera pas..." Erreur! Je ne savais même pas qu'on pouvait patiner sous la pluie! En plus, je n'avais pas pu me pratiquer dans ces conditions ("il n'y a pas eu de pluie de l'été").

Avec quelques marathons derrière la cravate (Marathon Canadien de Ski à -32°C, et Triathlons à +32°C) ce n'était pas quelques petites grenailles de pluie à la noirceur à 6h +5°C en automne qui était pour "scrapper" 6 mois d'entraînement! J'ai enfilé des sacs de plastic (dans lesquels je devais transporter mon linge de rechange au sec) devant mes jambes dans mes leggings, 6 hres moins 2 min, puis GO! "Pas de temps à perdre..."

Comme tous, j'ai du faire l'apprentissage "sur le tas" des surfaces glissantes lignes jaunes, ponts de bois, tapis de feuilles mouillées (lire "Vaséline") . J'étais content de voir sur le site internet, que cette année "les slow avaient été avantagés", ma vitesse moyenne sur des longues distances en entraînement était env. 15 kmh, et c'était l'objectif que je m'étais fixé. J'ai été légèrement plus rapide pour les 3 premières sections (j'arrivais 15-20 min avant l'heure prévue), la 4e était un peu plus lente, et pour la 5e, là ça a dû tomber autour de 10 kmh. Mal de dos et mal de chevilles oblige... Surtout avec le vent de face à partir de Pointes aux Trembles, la surface sur Notre-Dame etc...

J'ai rencontré plusieurs personnes très sympathiques, avec lesquelles je jasais quelque temps dans les premières sections, ensuite sur le blvd Pierrefonds je me demandais si je m'étais trompé de chemin, je regardais 1km en avant, 1km en arrière, personne en vue! Puis là je voyais la petite flèche jaune sur le pavé qui me confirmait que j'étais dans la bonne direction.

Malgré avoir été détrempé toute la journée, tout a super bien été, je n'ai pas eu froid (il ne fallait pas arrêter trop longtemps par contre). Ma conjointe m'a rejoint en auto au pont Pie-IX, elle a constitué mon "équipe de support" jusqu'à la fin, c'était un support moral qui était très apprécié (merci Dominique).

Mon seul incident est arrivé sur le blvd Gouin, j'ai mis le pied dans une flaque d'eau, de la profondeur de mon patin! et v'lan! j'étais étendu de tout mon long, à la stupéfaction des gens dans le taxi arrêté à l'intersection. Je m'en suis tiré avec un bleu sur l'épaule. J'avais les mains dans le dos et ça c'est passé tellement vite que je n'ai pas eu le temps d'avancer les mains. Je me suis frappé l'épaule au sol, j'étais à un cheveu de me râper le visage mais c'est mon casque qui pris le coup.

Dans le Nord-Est de la ville toujours sur le blvd Gouin, j'ai rencontré mon partner Pierre avec qui j'ai fait équipe pour les derniers 50km jusqu'à la ligne d'arrivée. Le fait de pouvoir couper le vent (en drafting) à Pte aux Trembles a été d'une aide considérable, et moralement aussi, de pouvoir se supporter a grandement contribué à finir l'ultra-marathon!

Félicitations à tous ceux qui ont participé, j'admire beaucoup ceux qui ont terminé en moins de 8 heures pour leur capacité supérieure en patinage de vitesse, et pour ceux qui ont terminé en plus de 10 heures pour leur ténacité, et les DNF/ABN pour leur courage, et surtout d'avoir su respecter leurs limites.

Encore une fois merci, bravo! et à l'an prochain.

(En passant félicitations Mylène et Guy, on s'est manqué de peu au départ!)

Marc Dupuis


Haut