2002


Rapport - Maurice Gatien

 

 

Je voulais vous remercier, et tous les bénévoles qui ont organisé l'événement d'hier.

Même si aujourd'hui je marche un peu délicatement, je ressens comme une lueur intérieure à penser que j'ai prévalu sur les conditions mouillées de cette journée.

Malheureusement, j'ai eu la malchance to chuter dans la noirceur au premier kilomètre. Ce faisant, j'ai séparé une côte. C'est drôle comment la douleur d'une côte séparée peut vous distraire de l'endolorissement qui s'accumule dans les jambes (mais je ne vous recommande pas ça comme technique à cette fin).

Chaque fois que je suis arrivé à un point de contrôle, vos bénévoles ont eu l'amabilité de m'aider à enlever mon Camelbak et le remplir d'eau, car mes côtes endolories rendaient pénible le mouvement de le glisser de mon dos.

J'ai fait les derniers 30k accompagné par le crissement des roulements mouillés et la résistance de mes patins. Pourtant, en apercevant enfin les tours du centre-ville, et avec la pluie s'adoucissant enfin, je savais que j'allais terminer.

Je crois que j'hallucinais vers la fin. Certes, il y a eu comme une qualité de rêve au dernier tronçon. Une chose cependant était bien claire à la fin, l'enthousiasme véritable de vos bénévoles.

Merci encore pour avoir fait de cela une expérience aussi mémorable.

Maurice Gatien


Haut