2003


Rapport - Roland Boisvert

 

 

Enfin je l'ai...

Oui mes ami(e)s...

J'ai enfin eu ma merveilleuse médaille d'or.

L'année dernière, finir le Défi en moins de huit heures était pour moi non pas seulement un objectif, mais une obsession. Sûrement que quelques'un s'en souviennent. ;-) Ben là c'est réglé, c'est faite, fini on n'en parle plus, yeah!!!

Wow cela m'as pris trois ans, bronze en 2001 (11h40), argent en 2002 (8h57) et or en 2003 enfin (7h36). Vraiment cette fois-ci a été mon plus beau Défi. Toujours en dedans de mes temps prévus. Encore suivi, supporté et encouragé par cette merveilleuse femme qui vit a mes côtés. Elaine je t'aime. Merci aussi a Marissé qui l'accompagnait dans la voiture. Pas trop magané (bien sûr que j'avais mal partout, c'est toujours comme ça dépassé 20km), pas mal essoufflé (cette cadence est quand même rapide pour moi), et j'avais le temps de m'asseoir a chaque étape. Le paradis quoi. Je roulais comme un lièvre, patinage rapide et arrêts fréquents. Disant un bon mot a ceux que je croisait et recroisait encore après chacun de mes arrêts. Quelques bouts de conversation avec Renaud Nicolas à chaque occasion. Nous nous souvenions avoir vogué (nagé...) ensemble au même rythme dans le "West-Island" l'année dernière. Cette fois-ci sur le boulevard Pierrefonds, oui mes ami(e)s, il a neigé... C'est vraiment vrai, demandez à Pascal, un autre gars au cheveux longs comme moi.

Dans la troisième section, j'ai expérimenté le "trip du peloton". L'ami Renaud, l'homme à la lumière sur le casque, m'offre de faire un bout avec Stéphane, Louis et lui-même en peloton. Bah pourquoi pas, j'essaie et nous sommes quatre. Finalement après quelques km je les trouve trop lents. Je pars en solitaire et toujours à la manière d'un lièvre. Dans la quatrième section maintenant c'est moi qui suis plus lent et ils me rejoignent. Tout en patinant, j'entend Louis me dire, "Roland je suis derrière toi et les trois comparses s'accrochent à moi." Bon ok, j'essaie encore et là l'ami Renaud, l'homme au clignotant, m'explique le b à ba du patinage en groupe. Heye c'est l'fun ça, je ne ressent presque plus la fatigue. Le moral aussi se sent beaucoup mieux.

Avant la dernière étape, Eric et Maxime se sont rajoutés. Nous avons fait toute la quatrième section comme ça en formation de six, écoutant les judicieux conseils de Renaud, l'homme au GPS. C'est la première fois que je ne blasphème pas intérieurement sur Notre-Dame. Si vous avez vu six gars en train de s'étirer au coin des rues Dickson et Notre-Dame lors du Défi, ce n'était pas un rêve... Nous faisions ça parce que notre "coach" l'ami Renaud, l'homme au sifflet de police, nous l'avait fortement suggéré. Hé hé cinq minutes de pause si près de la fin, je n'avais jamais fait ça.

Nous avons terminé en beauté, tous groupés serrés. Mon temps en moins de huit heures. Deux belles accompagnatrices. De nouveaux amis. L'accueil des bénévoles, supportaires et patineurs arrivés avant nous. Robert Fortier l'organisateur, François Leclerc et Rod Willmot de Roller-Montréal qui me disent bravo et enfin tu l'as ta médaille d'or. Si vous aviez pu voir mon sourire...

P.S. Bravo à mon partenaire d'entraînement Gilles Bouchard, en 7h47 (on l'a enfin notre or toi et moi), et à la toute nouvelle Catherine Allard de 21 ans, en 7h47 (son premier Défi).

Roland Loverboy Boisvert, #145


Haut