2004


Rapport - Charles Desautels

 

 

Patines, patines, patines... Depuis le début de mai que je patine. Très tranquillement au début, pour garder mon teint de caucasien tout le long du parcours que je me suis tracé, mais depuis juillet, "full ahead both patines", sur la piste Gilles-Villeneuve à Montréal. J'aime bien patiner, ça me relaxe, tu développes un bon cardio et aussi une bonne endurance sur plusieurs parties du corps que tu croyais non existantes... et il y a plein de filles qui patinent, bon!

Oui, j'en suis à mon troisième Défi et j'adore le faire. Disons de reculons. Yessssss! de mon lit jusqu'au fil du départ. Puis bon! un donut, un café et sloush! sloush! slip! sloush! ...de devant ...passes à coté du banc de neige! Bon Dieu! freines dans une foule multicolore, écoutes le traditionnel laïus et go! C'est un départ ...slip! slip! sloush! sloush! ahhhhh! wooow! cool!!! Mes patins flottent...

Ouais! Troisième Défi pour moi. Troisième Défi que j'essaie de suivre Denis Poirier, oncle de connaissance et patineur de roller blades depuis bientôt 5 ans, 4e Défi... Il jure tout le temps que celui-là va être son dernier. Mangeux de sandwich aux oeufs... yais! yais! yais! Mais cette année j'avais des armes secretes... une cinquième roue sur chaque patin... un entraînement pas trop divulgué dans la parenté... et une bouteille de jus de pamplemousse mélangé avec du Gatorade... Ouff! du top fuel! Bon!

Patines, patines, patines. Ha! une garnotte... Oh! un trou, 'tention un chauffard klaxonneur! Tiens voilà Denis... Tasses-toé mon oncle! bon! ma cinquième roue a été un bon investissement je croyais bien à ce moment. Mais non, Denis se réchauffait et puis zing go, il me dépassa dans ce début de course qui a bien failli être mon dernier... Je perdis des yeux Denis, seulement quelques slip! slip! sloush! sloush! qu'il laissa dans le noir.

Ouain! Toute allait bien. J'étais peppé, j'avais mal tout partout mais en gardant un certain style de patineur, une grosse chique de power bar dans mes bajoues (un hamster à roulettes), de belles rencontres... "Bonjour, numéro 110!, je me présente, numéro 111! De beaux patins vous avez!" Bon! Tout allait bien jusqu'à la vue de la rue Notre-Dame des Masochistes Patineurs...

Je filais à la file indienne et bon dieu que ça filais. Bien plus facile de patiner ainsi, tu te "reboot" en roulant... J'aimais bien ce style de patiner et puis bon! je vais en remettre de la pareille je me disais. Dépasses les trois complices et files en avant. Zing! zing! zing! (Je patine vite!!!) Je sens une main qui me touche dans le dos... On me pousse?!? Keu cé ça? Accélères je me dis... Regardes en arrière voir si on me suit, yess! Bon cela doit être une bonne vitesse... Half ahead both patines et je continuai avec ce rythme... Le vent pleine figure, je ralentis, et fatigué je me mis sur le côté pour permettre à quelqu'un d'autre de poursuivre.

Nous n'étions plus que trois. Je pris la place numéro trois. Au bout de quelques minutes le train ralentit comme pour une halte. Numéro un à gauche, deux vers la droite. Moi toujours à droite et les jambes fatiguées je me laissais rouler à la place de freiner!?! Voyant que j'étais mal positionné et ne voulant pas arrêter, je continuais vers la droite en ayant l'intention de mettre le patin droit dans la rue en tenant le patin gauche en équilibre dans l'air, afin de revenir devant le numéro deux... Mais cela ne s'est pas passé ainsi! J'avais les jambes trop mortes... Je me retrouvai dans la rue en déséquilibre, et quand je repris mon équilibre une auto fonçais sur moi... En le voyant et en entendant ce grincement de roues, je figeai sur place et je me vis rouler sur le côté du trottoir au ralenti. J'ai égratigné l'auto je crois, avec mon protège-poignet, dont la paume était en plastique... Et je me retrouvai en roulant sur mes patins vers le trottoir. Numéro un et deux me regardaient vraiment comiques!!! Je me suis assis... et là j'ai commencé à sentir mes jambes se raidir!!!

Bon! La police, l'ambulance, le proprio du véhicule qui se demandait quelle sorte de numéro j'étais.. Cent onze!!! Et tiens re-voilà cent dix qui s'amène... Bon! Échange de noms avec la police. "Excusez, je ne recommencerai jamais plus..." Allez! Je finis le Défi... Je ne veux pas m'arrêter comme cela.. Bon Dieu! Slow ahead both patines... Scrouich! Scrouich! Scrouich!

Enfin scrouich! scrouich! scrouich! .....sloush!!! ..sloush!!!! ...Le fil d'arivée. Tiens numéro cent dix... Surprise! Denis, 62 ans qui avait enfilé ses running shoes........ "Bien content de vous revoir..."

Charles Desautels, #111


Haut